Silicium ou le souffle de l’orgue

Publié par le 17 mars 2012 dans Archives, Portraits d'artistes | Pas de commentaire

Quand Louis a présenté son projet de musique électronique sur un orgue d’église lors des comités de sélection du festival, on n’y a d’abord pas cru. Et puis on a su écouter la musique entre les mots et on a fait le pari d’écouter une autre électro.

Dans le cadre du Festival ICI&DEMAIN, Louis jouera Silicium, œuvre unique et électronique pour orgue d’église à Saint-Eustache, Les Halles, mardi 20 mars à 20h.

// Infos perso

Nom : Louis Pierre-Lacouture dit Enzym
Age : 24 ans
Etudes : Master 2, mention « Arts et langages », EHESS

Temps, pause, son

Ecouter Louis parler, c’est déjà vivre un peu son concert. Le jeune homme parle de son projet d’orgue d’église sur un rythme qui lui est propre. Il s’octroie le temps de laisser des bancs. Il prend aussi le loisir de s’auto-reformuler. Comme pour construire sa musique, on sent qu’il construit son discours mais qu’il a besoin, parfois, de dire les choses autrement, de se remixer.

La musique de Louis, alias Enzym – son nom de scène – est complexe. Elle fonctionne sur des prises de son transformée, remixées, bouclées, auxquelles il agrège des sons joués live. L’idée n’est pas de rendre un son électronique mais, au contraire, de faire entendre les imperfections, les souffles, les incohérences acoustiques. Loin de l’électro de dancefloor, le musicien veut faire ressentir le côté organique du son à ses auditeurs.

L’orgue-instrument

Après avoir tenté le procédé une dizaine de fois au piano, Louis cherchait plus imposant, plus spectaculaire mais aussi plus irrégulier. D’où l’idée de l’orgue, projet qu’il avait déjà soumis à plusieurs reprises mais qui avait été jugé trop complexe à mettre en place. Quand ICI et DEMAIN a accepté de produire le concert, Louis ne s’y attendait pas, ou, plutôt, il s’attendait à ce qu’on lui dise oui pour la version au piano.

Mais cet accord n’a été que la première étape vers le concert du 20 mars. Il a ensuite fallu trouver une église qui accepte d’ouvrir ses portes pour un concert de musique actuelle. Louis a aussi dû apprendre à jouer de l’orgue pour un concert, sur la longueur, car il n’avait fait qu’effleurer cet instrument jusque là. Il a ensuite dû faire les prises de son, créer des « extraits » d’orgue pour pouvoir ensuite les mixer. Ce processus, plutôt lent au final, a permis à Louis de tisser la trame de son concert. Restent à l’orgue, et peut-être au public, à faire sonner les choses différemment.

UN ARTICLE 

Laissez un commentaire